Bretagne Vivante virée de la gestion de la Réserve Naturelle Nationale d’Iroise qu’elle a créée


Communiqué de presse

Jeudi 22 janvier 2015


Bretagne Vivante virée de la gestion
de la Réserve Naturelle Nationale d’Iroise qu’elle a créée


Les associations en appellent à la Ministre de l’Ecologie !

Signez la pétition !Pour soutenir Bretagne Vivante, signez la pétition à l’adresse suivante

:http://tinyurl.com/petitioniroise

Brest, le 22 janvier 2014, la Préfecture du Finistère devrait prendre un
arrêté dans les prochains jours annonçant que la gestion de la RNN Iroise
est confiée au Parc Naturel Marin d’Iroise seul, mettant fin à des décennies
de gestion de ce site emblématique par l’association Bretagne Vivante.

L’implication bénévole et la reconnaissance du monde associatif foulées au
pied par l’Etat

Bretagne Vivante a pourtant créé cette réserve il y a 50 ans. Elle la gère
depuis 1976 et son action est saluée par l’Etat depuis la mise en place du
statut de Réserve Naturelle en 1992. En 2012, Bretagne Vivante a proposé 2
ans d’expérimentation de la co-gestion avec le Parc Naturel Marin d’Iroise,
2 ans au cours desquels le plan de gestion a été revu et validé. Malgré
cela, la Préfecture du Finistère ne souhaite pas prolonger la convention de
co-gestion au-delà du 31 janvier 2015 et confier la gestion au Parc Marin
seul.


« Cette décision brutale et incompréhensible montre une absence totale de
considération de la part de l’Etat pour l’engagement associatif des
adhérents de Bretagne Vivante depuis près d’un demi-siècle ! », s’insurge
Jean-Luc Toullec, président de l’association Bretagne Vivante.

Une co-gestion expérimentale pipée depuis le début

Cette décision, annoncée lors du comité consultatif de la réserve le 20
janvier 2015, a été prise à la demande des instances du Parc Marin et de son
Président, Pierre Maille en particulier. Elle l’a été sans aucun
argumentaire scientifique ni technique, sans aucun bilan de la cogestion
mise en place depuis 2 ans et au mépris du comité consultatif et du conseil
scientifique, mis tous les deux devant le fait accompli.

Bretagne Vivante a pourtant réaffirmé sa volonté de poursuivre et
d’améliorer la cogestion avec le Parc Marin, les deux structures étant
complémentaires. Ce dernier a refusé catégoriquement, proposant uniquement
un « partenariat ». Le maire de Molène a lui aussi exprimé son désaccord,
affichant sa confiance en Bretagne Vivante, tout comme plusieurs
scientifiques et structures présentes, certains jugeant même la séance «
surréaliste ». Le Président du conseil scientifique a d’ailleurs démissionné
suite à ce comité.

« C’est un déni de démocratie, un choix arbitraire et non argumenté, un
mépris pour tous les acteurs, bénévoles et salariés, qui ont œuvré avec
compétences et convictions pour la protection et la valorisation de ce joyau
national », affirme Jean-Luc Toullec.

« Si un tel arrêté préfectoral est pris, ce sera une première nationale !
Jamais un gestionnaire de réserve naturelle nationale n’a été destitué de
son rôle pour des raisons politiques ! », ajoute Dénez L’Hostis, président
de France Nature Environnement, dont Bretagne Vivante est membre.

L’Iroise première d’une longue liste ?

Dans un contexte de diminution des dotations de l’État pour la protection de
la nature et sous prétexte de simplification et d’expérimentation,
sommes-nous déjà en train d’assister à la nouvelle approche de la gestion
des RNN ? D’autres réserves naturelles gérées par des associations
vont-elles connaître le même sort dans les prochains mois ?

« Nous en appelons à Madame Ségolène Royal, Ministre de l’Écologie, afin
qu’elle réaffirme le rôle essentiel des associations dans la gestion des
espaces naturels en conservant Bretagne Vivante dans la gestion de la RNN
Iroise. Nos associations ont une expérience et une expertise fortes en ce
domaine et font ce travail de qualité pour un coût minimum que l’Etat ne
pourra faire baisser sans diminuer les actions entreprises pour la
protection de la biodiversité dans ces réserves », déclarent Jean-Luc
Toullec, Président de Bretagne Vivante et Dénez L’Hostis, Président de
France Nature Environnement.

Rassemblement et discussion avec la presse

Un rassemblement des adhérents de Bretagne Vivante est prévu à Quimper
samedi 24 janvier à 11 h devant la maison des associations, 53 Impasse Odet,
afin de protester contre cette décision.

Des prises de paroles auront lieu au cours desquelles les journalistes
pourront interroger les différents acteurs de Bretagne Vivante.

Le Président de France Nature Environnement, Denez L’Hostis, sera présent au
côté de Bretagne Vivante.

Signez la pétition !Pour soutenir Bretagne Vivante, signez la pétition à l’adresse suivante :http://tinyurl.com/petitioniroise

Marcelo

Author: Marcelo

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Comments are closed


No attachment



You might also like

Vite Fort Loin un désastre avec ses ministres de l'écologie

plus vite, plus fort, plus loin vers le désastre avec ses ministres de l’écologie article Nantes Révolte

Continue reading

Visite sonore du jardin dynamique de Gilles et Catherine par Catherine à la prise de son

Visite sonore du jardin dynamique de Gilles et Catherine par Catherine à la prise de son

Continue reading