Nantes. l'appel au calme de la préfète : on peut faire confiance à la justice dans ce pays quand il s'agit de bavures de la police ! bien sûr

 

Nantes. l’appel au calme de la préfète : on peut faire confiance à la justice dans ce pays quand il s’agit de bavures de la police  ! bien sûr .... On le voit tous les jours .

le journal de France Culture  12h 30 4 juillet 2018 : extrait

en écoutant cette info; ce jeune est déjà condamné . C’est quoi ce journalisme à charge ?

indigne de France culture; Indigne tout simplement.

 

extrait journal de 8 h de France Culture jeudi 5 juillet 2018

 

La police tue au Breil. Ce n’est pas un "évenement à déplorer". C’est un meurtre.

LA POLICE TUE AU BREIL : COMMUNIQUÉ DE L’ASSEMBLÉE DES BLESSÉS PAR LA POLICE

Mardi 3 juillet au soir, un jeune homme est mort. Bubakar, 22 ans, a été abattu par un CRS au Breil, au nord de Nantes.

Alors qu’il était au volant, un tir à balle réelle dans le cou lui a ôté la vie. Tous les témoins directs de la scène parlent d’un tir « à bout portant » alors qu’il n’y avait aucun danger pour les forces de l’ordre.

L’assemblée des blessés rappelle :

1- Que les événements du Breil allongent dramatiquement le bilan des dommages causés par la police en Loire-Atlantique. En quelques mois, il s’agit du deuxième décès à Nantes lors d’une opération de police. Par ailleurs, trois manifestants ont été gravement blessés au visage dans les manifestations du printemps. Un manifestant a eu la main arrachée sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Plusieurs centaines d’autres ont été blessés à des degrés divers par les armes de répression. Notre département est devenu un véritable laboratoire des violences policières.

2 - Que les tirs à balles réelles se sont banalisés. Un récent rapport de l’IGPN évoque une augmentation de 54% des tirs par arme à feu dans la police en 2017. Une évolution considérable, directement liée à la « présomption de légitime défense » dont disposent désormais les policiers. C’est dans ce contexte que Bubakar a été abattu. Le sentiment de présomption d’un policier peut donc faire cesser une vie à tout moment.

3- Que le drame du Breil est la conséquence de la militarisation du maintien de l’ordre. Depuis 20 ans, le nouvel arsenal répressif habitue les policiers à viser, à tirer, à presser sur la détente et à atteindre le plus précisément leurs cibles humaines. Avec les Flash-Ball, puis les LBD 40, l’acte de faire feu en direction d’individus, qui était jusqu’alors exceptionnel, s’est banalisé. A présent, il arrive de plus en plus fréquemment que les armes à feu remplacent les balles en caoutchouc.

4- Que le tireur fait partie des très nombreux CRS que la maire de Nantes, Johanna Rolland, a demandé en renforts en septembre dernier. Depuis, ces effectifs, en surnombre, multiplient les patrouilles, les violences, les contrôles dans les quartiers populaires, et la répression des manifestations.

Enfin et surtout, l’assemblée des blessés par la police envoie tout son soutien aux proches de Bubakar et appelle à ce que cessent l’impunité et la militarisation des forces de l’ordre.

 

Email Email de contact: assembleedesblesses44_AT_gmail.com

Nantes Révoltée

6 – LES MÉDIAS JUSTIFIENT LA PEINE DE MORT. Pour contre-attaquer, et justifier l’injustifiable, les médias répètent depuis ce matin que « la victime était recherchée ». En d’autres termes, ils justifient la peine de mort. Comme si le fait d’être accusé de délits méritait de se faire tuer. C’est le comble de l’indécence, alors que la moitié de la classe politique est mouillée dans des affaires de corruption ou de délinquance sans être sanctionnée, et que les membres de commandos d’extrême droite bénéficient d’une impunité générale. Rien ne justifie qu’on tire sur un homme désarmé à balle réelle, au niveau des organes vitaux. Rien.

Le jeune tué ce mardi lors d’un contrôle policier au Breil, à Nantes, s’appelait Bubakar. Ce mercredi matin, les habitants du quartier commencent à parler. « Ce jeune-là, il avait tout le temps le sourire. C’est ça qui le caractérisait. Il n’était pas dans les embrouilles. C’était une crème. On a perdu un ami, on a perdu un frère. »
[...]
« Le contrôle durait depuis plusieurs minutes,. À un moment, il a reculé avec sa voiture mais il n’a pas touché de policier. Il n’était pas dangereux. » À côté de lui, un père de famille gronde. « Il est mort. Gratuit. »
[...]
Un peu plus loin, près de la boulangerie qui reste ouverte et a été épargnée par les flammes de colère, c’est le leitmotiv qui revient en boucle dans la bouche des passants. « Un jeune est mort pour rien. » « C’est un policier, il a tué un garçon » souffle une très petite fille sur le chemin de l’école."

NANTES : LA POLICE TIRE, UN JEUNE TUÉ, ÉMEUTES

Dans le quartier du Breil, au nord de Nantes. Un jeune de 22 ans a perdu la vie ce mardi 3 juillet au soir. Il a pris une balle dans le cou, et en est mort. Un CRS lui a tiré dessus. Pour un simple contrôle routier.

Le récit d’un témoin direct de la scène :

« Il était déjà immobile, le policier est arrivé, il lui a tiré dessus à bout portant. Il a mis une balle sur le cou alors qu’il était déjà immobile il pouvait rien faire déjà. [Les CRS] roulaient dans le quartier ils cherchaient à attraper quelqu’un et du coup ils l’ont vu, [le policier] a perdu son sang froid, il a tiré. Ils ont même pas cherché à l’assister pour faire les les premiers soins, ils ont rien fait.[...] Il a perdu la vie devant moi. Y’avait aucun CRS de blessé, rien du tout. »

Le tueur fait partie des nombreux CRS qui quadrillent Nantes depuis des mois, et répriment systématiquement.

La révolte a embrasé le nord de la ville. Grenades contre barricades et cocktails molotovs.

La police est dans toutes les cités.

Nantes. l’appel au calme de la préfète

https://nantes.maville.com/actu/actudet_-nantes.-l-appel-au-calme-de-la-prefete_fil-3482730_actu.Htm

 

Nicole Klein, préfète de la région Pays-de-la-Loire, préfète de la Loire-Atlantique lance un appel au calme après les événements qui se sont produits hier soir dans le quartier du Breil, à Malakoff et aux Dervalières. « C’est un événement dramatique. J’ai une pensée pour ce jeune homme, pour sa famille, pour ses proches, pour les habitants du quartier du Breil. Je souhaite rendre hommage aux forces de l’ordre et aux services de secours qui ont été fortement mobilisés cette nuit pour permettre un retour au calme. J’appelle la population au calme et à la responsabilité. Le parquet a immédiatement saisi l’Inspection générale de la police nationale pour déterminer les circonstances des faits. Il appartient
désormais à la justice de faire toute la lumière, en toute indépendance, sur cet événement », déclare Nicole Klein.

Marcelo

Author: Marcelo

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Comments are closed


No attachment



You might also like

La plaine : on est là

La plaine : on est là .....disparition des places populaires et vivantes au profit des mêmes blog de...

Continue reading

Des zadistes présumés arrêtés au Breil selon la police et la presse

Des zadistes présumés arrêtés au Breil selon la police et la presse...

Continue reading