Enracinons nous dans le possible : une terre fertile sur la ZAD de Notre Dame des landes

Cliquez ci-dessous :

Photos d’Enracinons l’Avenir

 

Enracinons nous dans le possible : une terre fertile sur la ZAD de Notre Dame des landes : Beaucoup de Monde sont venus soutenir cette lutte avec un espoir et une volonté de continuer cette lutte contre cette frénésie globale capitaliste qui nous détruit. Ici se contruit la vie.

Merci d’être venu(es) si nombreux(es) montrer votre détermination au gouvernement qui aimerait expulser tous les projets agricoles et ou non illégaux à leurs yeux le 31 mars 2018 .

Mieux que l’arbre aux Hérons que La Machine veut contruire à Nantes pour compléter le parc d’attraction après l’omnibus municipal éléphantèsque à coup de 30 millions d’Euros (heureux constructeurs : privé pour le salaire et public pour l’investissement  : c’est une affaire qui marche)

Pour le futur abre aux pigeons nantais

Texte et photos sur Nantes Nantes Révoltée

10 février : feu de joie contre l’aéroport et son monde

10 février 2018 : la Déclaration d’Utilité Publique du projet d’aéroport, décidée 10 ans plus tôt par le préfet de Nantes, est officiellement périmée. Il n’y aura jamais d’avions à Notre-Dames-des-Landes. Il est midi. Au Gourbi et à Saint-Jean du Tertre, deux lieux de la ZAD, deux points de départ pour converger vers la ferme de Bellevue, et fêter comme il se doit la victoire de ce combat de longue haleine, la foule grossit.

La foule est dense, le froid mordant. On patauge dans la boue. Une déclaration commune du mouvement est lue. Puis un tracteur bardé de fortifications en bois fend la multitude, suivi d’un gigantesque triton mobile, de 20 mètres de long. Un cortège s’étire derrière eux, piétinant sur les routes trop étroites pour une telle affluence. Il y a 40 000 personnes sur la ZAD. La foule des grands jours. On peut y croiser des gens de tous horizons, arborant souvent de larges sourires, ou les costumes les plus audacieux.

Arrivés à destination, les cortèges fusionnent, puis se dispersent sur trois champs adjacents. Un dragon aux narines fumantes fait son apparition. Un crocodile géant à la mâchoire acérée, vient également tenir compagnie au triton. Les trois géants se baladent dans la foule, se querellent dans un ballet surréaliste pendant qu’un speaker commente les événements. Au milieu du champ, un monticule de constructions représentant les grands projets destructeurs : l’extraction de sable, la poubelle nucléaire de Bure, le Center Parc de Roybon … et un avion en bois, massif. Les monstres virevoltent autour des symboles, avant d’y mettre le feu sous les acclamations. Une effigie de paille au visage de Gérard Colomb se consume. Mieux que Royal de Luxe, sans les subventions. L’immense brasier réchauffe quelques instants les premiers rangs, avant de diminuer. Des fanfares continuent à jouer, et les dizaines de milliers de personnes se répartissent autour des concerts, discussions, et autres stands. Malgré la pluie, des milliers de personnes resteront bien après la nuit tombée, autour d’un fest-noz et d’autres réjouissances.

Il y a toujours quelque chose de prodigieux, dans une période où il est si difficile de se mobiliser, de voir des dizaines de milliers de personnes, parfois venues de l’autre bout de la France, voire de l’Europe, venir se perdre au milieu d’un bocage, dans une lande trempée, par un temps glacial, après avoir tâtonné le long de routes sinueuses pour partager quelques heures ensemble. Quoiqu’on en dise, la ZAD porte en elle cette magie. Et beaucoup semblent y tenir. Aujourd’hui, c’est certain, cette magie ne s’éteindra pas.

article de Ouest France du 12_01_18 ci-dessous

Nantes Maville

« C’était chouette, malgré la météo, commente Dominique Fresneau, porte-parole de l’Acipa, la principale association d’opposants à l’aéroport.  On a été un peu débordés par le nombre de voitures, sur les chemins alentour. On s’attendait à du monde, mais pas à ce point-là. On a senti un grand soutien de tous les comités pour que ça perdure, ici. Ils ont pu se rendre compte qu’il y avait plein de projets ici et de la nécessité de poursuivre les expérimentations. Les annonces du gouvernement parlant de vider la Zad, fin mars, avaient nourri de fortes inquiétudes. »

Une autre bataille s’engage.....

« Je ne voulais surtout pas rater cette journée , commente Jeanne, 37 ans, venue du Finistère avec ses trois enfants.  Notre-Dame-des-Landes, c’est plus qu’un symbole. C’est une forme de lutte concrète qui mêle plein de choses : l’écologie, le partage, l’invention de formes politiques nouvelles. C’est un endroit de référence. » extrait de ouest france

Un son de la journée du 10 février 2018 à écouter ici : une perche tendue à toutes ceux et celles qui ont voulu faire la fête ensemble :

Montage sonore  à venir demain : Bon retour.

ça y est c’est commencé

Juste le début. Notre Dame, ici sur la carte, on est ici au Gourbi d’ici :

rassemblement au Gourbi avant le départ du cortège....

la question posée : Quel Avenir pour la ZAD  : quel avenir pensez-vous pour la ZAD doit-elle continuer à alimenter les autres luttes ? Enracinons l’avenir quesako ?

Fête de la Victoire à Notre Dame des Landes

presse locale Ouest farnce du 11 février 2018

 

Marcelo

Author: Marcelo

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed

HTML code is displayed as text and web addresses are automatically converted.

No attachment



You might also like

Ils n'arrêteront pas le courage et la poésie .

Ils n’arrêteront pas le courage et la poésie .

Continue reading

Affrontements malgré la trève annoncée

Affrontements malgré la trève annoncée : que paso ?

Continue reading