Appel à tracto vélo sur le périf de Nantes Samedi 9 janvier 2016

Appel à tracto vélo sur le périf de Nantes Samedi 9 janvier 2016 .

2016-01-09_Appel_Tractoperiph.pdf

velo.JPG

velo.JPG, avr. 2012

 

2016-01-09_Affiche_tractoperif_A4-1024pix.jpg
 

Non aux expulsions à Notre-Dame-des-Landes
Journée de mobilisations sur Nantes et ailleurs, le 9 janvier 2016
Le gouvernement trahit les accords obtenus par la lutte selon lesquels ni les travaux de l’aéroport ni les
expulsions ne commenceraient avant l’épuisement des recours juridiques.
En effet, les habitants et paysans dits « historiques », qui étaient propriétaires ou locataires avant la
déclaration d’utilité publique (DUP), ont été assignés en référé expulsion le 10 décembre. AGO-Vinci
demandait l’expulsion immédiate des habitants, avec pour contrainte une astreinte financière de 200 à
1000€ par jour. Et mise sous séquestre des biens et cheptels.
Le moment était sans doute malvenu sur le plan politique : COP21 et élections régionales. Les deux avocats
ont accepté la mise en suspens de la procédure, celui d’AGO-Vinci affirmant sa volonté de la relancer en
janvier.
Après que les tentatives de vider la ZAD par les forces policières ont échoué en 2012, l’État essaie
maintenant de le faire sous la pression financière sans même avoir à se risquer à venir sur le terrain.
Il n’est pas question de laisser l’État expulser une partie d’entre nous, ni même de laisser peser une telle
menace sur l’ensemble des habitants de la zone. Notre perspective est l’abandon du projet, cependant
notre force collective doit arracher immédiatement l’engagement de l’État à renoncer à toute procédure
d’expulsion jusqu’à ce que tous les recours soient menés à leur fin.
Attention changement de date par rapport aux premières annonces ayant déjà circulé.
Le 30 décembre, AGO-Vinci a relancé la procédure pour une audience contradictoire le mercredi 13 janvier.
Une AG le soir même a décidé d’avancer la mobilisation au samedi précédent. Nous appelons donc à une
forte mobilisation le 9 janvier sur le périphérique de Nantes, en convois de tracteurs, vélos, marcheurs,
convergeant vers Cheviré, pour un grand banquet partagé au pied du pont, victuailles tirées des sacs. Le
tout dans une ambiance enthousiaste, conviviale et sereine, celle que nous avons su conserver pendant les
huit jours de notre convoi « CAP sur la COP » malgré l’état d’urgence. L’action de cette journée autour de
Nantes sera assumable par tous et toutes et gérée ensemble de bout en bout. Nous nous portons
collectivement garants de son succès.
Nous ne laisserons jamais disparaître les terres de la zad
et tous ceux qui la font vivre.
Nous appelons donc à nous rejoindre pour une mobilisation le 9 janvier 2016, que ce soit :
- à la tracto-vélo de Notre-Dame-des-Landes à 8h30, qui ira jusqu’au périphérique de Nantes
- si vous n’avez pas de vélo : à la manifestation piétonne (les deux se rejoindront)
et si vous êtes trop loin, à des manifestations, blocages, occupations et autres formes d’actions près de
chez vous en solidarité contre les expulsions, (plutôt) le 9 ou le 16 janvier, selon possibilités locales
appréciées par les comités de soutien... Rennes, Toulouse, d’autres villes... ont déjà annoncé des actions.
À l’appel des composantes de la lutte contre l’aéroport :
des membres de la Coordination (ACIPA, ADECA, Agissons Pour l’Avenir, ATTAC, CANVA, CéDpa, CELA,
Confédération Paysanne 44, décroissanceS-MOC, GAB44, PG44, NPA, UD44 Solidaires, EELV, ENSEMBLE !,
Nature-Avenir, Natur-Action, OBSLAB, Vertou Écologie Solidarité, Sèvre Propre 2015, Solidarités Écologie), le
COPAIn, Naturalistes en lutte, des habitant-e-s de la ZAD, des comités de soutien...
Pour Nantes, détail des rendez-vous :
· à vélo:
o Bourg de Notre-Dame-des-Landes 8h30
o Le Cardo 11h30
o Zénith Atlantis 11h30
o Cinéville de Saint Sébastien 11h30
o Centre Commercial Océane Porte de Rezé 11h30
· à pied :
o La Neustrie 11h30
Surveillez les informations, pour Nantes et ailleurs, sur https://www.acipa-ndl.fr/ et http://zad.nadir.org

TENUE COMPATIBLE CORRECTE EXIGÉE

A_bicyclette.jpg
A_bicyclette.jpg, janv. 2016

Un texte d’occupant-e-s de la zad sur la mobilisation du 9 janvier, sur les dynamiques pensées en assemblée et sur les raisons de faire en sorte qu’il y ait beaucoup de monde et de détermination ce jour là. Il est possible de le rediffuser autour de vous aux personnes qui pensent rejoindre cette mobilisation.

~~~~~~~~ Depuis la zad de Notre-Dame-des-Landes - Ce que nous voulons pour le 9 janvier

Nous sommes un groupe d’occupant-e-s de la ZAD qui participe aux assemblées d’organisation du 9 janvier. Ce texte a l’ambition d’énoncer, depuis notre position dans le mouvement, quelle dynamique on souhaite pour ce moment. Il s’agit à la fois de diffuser le consensus d’action élaboré dans les assemblées, et de partager des réflexions pour contribuer à se tenir ensemble ce jour là.

Le procès du 13 janvier est une attaque sans précédent contre les habitants et paysans résistants de la ZAD. Une attaque du même ordre que celle de l’automne 2012, même si elle ne prend pas cette fois ci la forme d’une intervention policière, du moins pour l’instant. AGO-VINCI veut à tout prix acculer les habitant-e-s au départ, en les menaçant d’expulsion sans délai, de saisie de leur bien et de leur cheptel et en réclamant qu’ils soient condamnés à des amendes journalières exorbitantes.

Le 9 janvier, nous voulons arracher l’abandon des procédures d’expulsions et d’expropriations à l’encontre des habitant-e-s dits historiques de la ZAD. Nous voulons reprendre l’initiative et l’offensive, face aux attaques répétées de ces derniers mois contre le mouvement : relance des procédures contre les habitant-e-s, nouveaux appels d’offres pour les travaux, campagne médiatique contre la ZAD...  Le 9 Janvier est donc un jour décisif. Pourtant, nous ne l’envisageons pas comme un coup d’éclat sans lendemain mais plutôt comme le début d’une montée en puissance afin d’arracher l’abandon du projet dans les deux années qui viennent.

Pour la journée du 9 janvier, l’assemblée du mouvement a imaginé une forme spécifique qui n’a pas vocation à devenir une ligne figée. Le mouvement pourra en utiliser d’autres, que ce soit en cas d’attaque sur la zone ou de futures mobilisations. Ce 9 janvier, plusieurs convois de vélos et de tracteurs convergeront des 4 points de la région pour faire un grand banquet au pied du pont de Cheviré, ils seront rejoints par un manif piétonne au départ de Neustrie. Si les autorités cherchent à nous en empêcher, nous trouverons ensemble le moyen de nous déployer sur les axes de circulation de diverses autres manières, en divers points. Cette forme, est un pari audacieux. L’action conjointe, ce jour là, de différents convois, avec les paysans solidaires et les comités locaux, préfigurera le blocage décentralisé de la région en cas d’expulsion de la ZAD ou de démarrage des travaux. Ce 9 janvier est organisé dans la plus grande urgence, mais nous en ferons néanmoins une démonstration de force.

Dans ce contexte de menace renforcées, le blocage est - avec l’occupation - l’une des pratiques à même de dépasser les désaccords qui traversent régulièrement le mouvement autour des formes et objectifs des manifestations de rue. Tiraillé par ces divergences stratégiques, celui-ci a eu trop tendance à se replier sur ce qui se construit à l’intérieur de la  ZAD. Ce qui s’y joue est passionnant et crucial pour l’avenir mais insuffisant pour obtenir en soit l’abandon du projet. Ces derniers mois, la volonté de mener de nouveau des actions unitaires à l’extérieur de la zone, facilitée par l’acharnement de Manuel Valls contre la ZAD et ses habitants, a permis à la lutte de reprendre progressivement du poil de la bête et de sortir de l’attente d’une intervention. Se sont succédés un rassemblement à Angers contre les naturalistes collabos du GECCO, un blocage de l’usine Nobelsport de Pont de Buis avec les comités de soutien du Finistère, un convoi « CAP sur la COP » qui a bravé l’état d’urgence jusqu’aux portes du palais de Versailles. Alors que l’État cherche à resserrer l’étau, il est vital d’amplifier cette dynamique.

Nous invitons donc, ce 9 janvier, toutes celles et ceux qui veulent renforcer cette lutte à faire preuve d’une attention particulière aux différentes composantes du mouvement : aux habitant-e-s concerné-es par ces procédures qui portent avec nous cette action mais dont la plupart ne souhaitent pas que ça tourne à l’émeute ; aux paysan-nes qui mettent leur outil de travail en jeu sur le periph ; mais encore à toutes celles et ceux qui seront à nos côtés ce jour là.

Avoir une attention particulière à se tenir ensemble, dans notre diversité, c’est par exemple ne pas chercher à déclencher un affrontement direct avec la police, ce qui serait absolument anti-stratégique ce jour là. Mais c’est aussi savoir faire bloc en cas de charge pour éviter les arrestations. C’est ne pas chasser les journalistes dont la présence est perçue comme nécessaire par nombre d’entre nous dans ce contexte. Mais c’est aussi ne pas harceler les personnes qui se masquent parce qu’elles ne veulent pas être prises en photos par la police. C’est être en capacité de dialoguer tout en gardant en tête les objectifs communs de la journée : que ce soit face à un automobiliste exaspéré, face à un citoyen qui entreprend de démontrer en quoi peindre un slogan sur la route serait une « action violente », ou face à quelqu’un qui se laisserait emporter par la colère qu’attisent les provocations policières. Le succès de cette action repose sur notre capacité à faire qu’au fil de la journée les diverses initiatives soient comprises et portées ensemble.

Ce qui fait notre force c’est de nous être mis d’accord en assemblée du mouvement sur l’objectif du 9 janvier et sur l’ambiance que nous y voulons. Ce jour-là, ce n’est qu’en faisant preuve d’une intelligence collective transversale aux différentes sensibilités qui font cette lutte, que nous parviendrons à constituer une puissance à même de faire plier le gouvernement.

Des occupant-e-s de la ZAD

CIMG4780.JPG
CIMG4780.JPG, avr. 2012
velo.JPG
velo.JPG, avr. 2012

Les anti-aéroport envahissent le périphérique nantais samedi
<les-anti-aeroport-envahissent-le-periph-nantais-samedi.jpg>
Des centaines de tracteurs des opposants bloqueront le périphérique nantais, samedi. | archives Franck Dubray
Par Christophe Jaunet/Ouest-France
Une manif, avec des centaines de tracteurs, est organisée par les opposants contre les procédures d’expulsion des habitants "historiques" de la Zad de Notre-Dame-des-Landes.

 Le périphérique nantais sera bloqué au niveau du pont de Cheviré, rive sud, dans les deux sens, samedi midi. Les opposants au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, à pied, à vélo et en tracteur, envahiront la rocade à partir de 11 h 30, avec plusieurs convois au Nord, à l’Ouest, au Sud et à l’Est. Tous convergeront, au ralenti, vers Bouguenais.

<les-anti-aeroport-envahissent-le-periph-nantais-samedi_0.jpg>
Les manifestants se donnent rendez-vous samedi à différents endroits du périphérique nantais. | Infographie Ouest-France
 Des centaines de tracteurs sont annoncées venant de Loire-Atlantique, Vendée, Morbihan, Maine-et-Loire et Ille-et-Vilaine.

 Le blocage devrait durer jusqu’à 16 h.

 Les voitures devront contourner Nantes par l’Est.

Cette manifestation est organisée contre les procédures d’expulsion des habitants "historiques" de la zone d’aménagement de l’aéroport. La justice a été saisie par la société Aéroports du Grand Ouest-Vinci. L’audience est prévue le 13 janvier.

Marcelo

Author: Marcelo

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Comments are closed


No attachment



You might also like

La Lande Projection les 25 avril et 1er mai

"Très peu de gens connaissent l’existence de la Lande. Encore moins la trouvent… Et pourtant, elle n’est pas cachée ! "

Continue reading

Vincent Delabouglise nous a quitté : une cérémonie d'au revoir aura lieu aujourd'hui à 14h 30 à Marsac-sur-Don

Vincent Delabouglise nous a quitté : une cérémonie d’au revoir aura lieu aujourd’hui à 14h 30 à Marsac-sur-Don : Adieu camarade de lutte

Continue reading