l'impossible neutralité / Enlever le contexte : tout devient plus lisse / Tout est politque

:  à lire D’URGENCE  l’impossible neutralité .(Howard Zinn)

/ Enlever le contexte : tout devient plus lisse.......sans aspérité et sans pertinence.  Tout est politque, heureusement, c’est s’occuper de la société...la faire avancer dans le bon sens ...

Steve n’est pas tombé tout seul dans la Loire avec d’autres qui dansaient le soir de la fête de la musique le long des quais et ce depuis des années ce 21 juin au même endroit.

ILS SONT TOMBÉS DANS LA LOIRE EN FUYANT  LA POLICE LORS DE L’INTERVENTION BRUTALE ET INCONSÉQUENTE COMME CELA SE DÉROULE DEPUIS DES ANNÉES COMME À REDON DERNIÈREMENT, AUSSI POUR RÉMI FRAISSE.

UNE TERREUR QUI S’ABAT HORS CONTROL PAR UN CORPS D’HOMMES EN ARMES CHARGÉS DE RÉTABLIR L’ORDRE EN SEMANT LA TERREUR SUR LES JEUNES . TU PARLES D’UN PROFESSIONNALISME .

VOILÀ CONTRE QUOI : IL FAUT SE BATTRE  ET CONTINUER LE DÉBAT  :  QUE FAIT LA POLICE ? ON NE PEUT EFFACER LA QUESTION ! .

:  à lire D’URGENCE  l’impossible neutralité .(Howard Zinn)

 

https://nantes.maville.com/actu/actudet_-a-nantes-la-fresque-hommage-a-steve-effacee-et-remplacee-par-un-graf-plus-sage-_fil-4843651_actu.Htm  

Ouest France 25/09/21

À Nantes, la fresque-hommage à Steve effacée et remplacée par un graf « plus sage »

https://www.facebook.com/Nantes.Revoltee

message de Nantes Révoltée

LA FRESQUE DE STEVE A DISPARU : UN SACCAGE MUNICIPAL ?

– Un graff qui se tient sage : une association de graffeurs subventionnés par la mairie a recouvert le mur de peinture noire –

Quai Wilson, au bout de l’île de Nantes. C’est là que le 21 juin 2019, dans la nuit, 14 personnes sont tombées de plusieurs mètres de haut dans la Loire, à cause d’une charge policière extrêmement violente conte la fête de la musique. Steve, nantais de 24 ans, mourait noyé. Des dizaines d’autres personnes étaient blessées par des coups, des tirs, des grenades de la police. Quelques jours plus tard, sur le seul grand mur visible sur ce quai, une fresque représentant Steve, mais aussi différentes scènes de violences policières, était réalisée spontanément. Un hommage au défunt, mais aussi un lettrage réclamant « justice », et interrogeant les passants : « que fait la police ? ». Cette fresque était depuis deux ans un rappel massif et visible de cette nuit terrible. Elle était aussi devenue un lieu de recueillement, de revendication. C’était le point de départ ou d’arrivée de manifestations, un endroit qui intriguait les visiteurs. Alors évidemment, ce mur immense, visible, situé dans un lieu de passage en plein quartier touristique dérangeait : la police, la mairie, l’extrême droite.

Plusieurs fois, la fresque a été vandalisée par l’extrême droite. Il y a eu un symbole fasciste géant, des tags ignobles signés « droite dure », des slogans tels que «j’aime la police», des cœurs accompagnant le mot «cops», policier en anglais. Entre autres. A chaque fois, la peinture était restaurée, notamment grâce au soutien de lecteurs et lectrices de Nantes Révoltée. L’été dernier, un deuxième mur était peint à côté, demandant « où est la justice ? », avec des dessins de violences policières.

Il y a 10 jours, la mairie de Nantes, Johanna Rolland, était convoquée par un juge, et placée sous le statut de « témoin assisté » dans l’affaire Steve. Plus tôt, le commissaire Grégoire Chassaing et l’ex-directeur de cabinet du préfet étaient mis en examen. Coïncidence du calendrier, ce samedi, la fresque n’est plus. Il ne reste que deux vastes façades noires comme le bitume. Une opération de censure policière ? Une nouvelle action fasciste ? Même pas.

Apparemment, il s’agit de l’initiative d’une association de graffeurs subventionnés par la mairie, à qui Johanna Rolland a prêté le bâtiment où se trouvait la fresque. Ils ont voulu reprendre "leur" mur, sans prévenir les auteurs de la fresque recouverte. Mais pour « compenser », un peu plus loin, un bout de façade bien plus petit moins visible comporte un portrait de Steve, sur fond bleu, avec seulement le prénom du défunt. Pas de date. Pas d’explication. Encore moins de revendication. Un « hommage » lisse, à minima, incompréhensible pour des gens qui ignoreraient l’affaire. Comme s’il s’agissait d’un accident, de la faute à pas de chance. « Il ne faut pas être grand sage pour se douter que la mairie est plus à l’aise avec le nouvel hommage qu’avec l’ancien » explique la journaliste Marion Lopez.

Il s’agit d’une censure beaucoup plus subtile que le vandalisme des fascistes. Depuis des années, la mairie de Nantes utilise la culture, et en particulier le street art comme une arme politique. D’un côté, la métropole est en guerre contre le graffiti : 138 000 m2 de tags ont disparu sous les coups de karcher en 2012. La Métropole revendique d’être l’une des plus « performantes » dans « la lutte contre les graffs, une « priorité ». Dans la presse, la ville « assume même la répression coordonnée avec la police et la justice. » De l’autre, elle subventionne généreusement des associations de graffeurs sages pour assurer sa promotion, et mettre en avant son statut de « ville culturelle ».

En 2014, lors du festival culturel Le Voyage à Nantes, l’œuvre phare de l’été est un immeuble de 2000m2, situé dans un quartier huppé du centre-ville, rebaptisé « Villa ocupada », la traduction espagnole du mot squat. Le bâtiment est confié à des graffeurs rémunérés sous la houlette d’une association de street art. Parmi les peintures, des slogans révolutionnaires de l’armée Zapatiste, des mots d’ordre libertaires : « la lucha sigue », « Tierra y libertad », de l’iconographie maoïste … Et même des références au mouvement révolutionnaire du Chiapas et à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes : « E.Z.A.D.L.N » avec des personnages cagoulés. Problème : quelques semaines plus tôt, une manifestation pour défendre réellement la ZAD et les lieux occupés était réprimée avec une extrême férocité : 3 éborgnés et des centaines de blessés dans la mobilisation anti-aéroport.Dissonance cognitive totale.

Derrière sa forme subversive, ce squat artificiel de la mairie était financée par les multinationales Vinci – promoteur du projet d’aéroport –, Total, EDF et le groupe immobilier Giboire. Le même été, un bâtiment vide est occupé par des anti-aéroport pour en faire un vrai lieu de lutte : il est expulsé en quelques heures par des dizaines de flics. Les artistes de la « villa ocupada » n’auront servi que de vitrine hypocrite à une métropole ultra-répressive.

De même, l’ancienne prison située en centre-ville a été investie par des graffeurs subventionnés pour organiser de grandes fêtes payantes dans le lieu d’enfermement. Une « insulte », selon d’anciens détenus. Derrière le côté « cool » et « streetart », il s’agissait de promouvoir un espace aujourd’hui transformé en projet immobilier haut de gamme. La ville trouve son intérêt économique dans ce graffiti domestiqué. Elle a même créé un « plan graff » : un petit logo de la mairie est posé sur une « quinzaine de murs» pour « peindre en toute légalité ». La spontanéité qui caractérise le graffiti disparaît. L’initiative est en réalité une opération de contrôle déguisée en cadeau. L’office du tourisme organise déjà des « visites du street art » nantais. L’association municipale qui a fait disparaître la fresque pour Steve facture d’ailleurs des ballades pour regarder les graffs en bord de Loire … Le graffiti sans aspérité pour de l’argent d’accord, mais pas question de laisser vivre des revendications gênantes pour le pouvoir local.

Avec la disparition de cette fresque, c’est une épine en moins dans le pied des autorités . C’est aussi un hommage politique aux victimes des violences de la police qui disparaît, et le témoignage de la nuit du 21 juin 2019 qui est détruit. Il reste à investir d’autres lieux, d’autres espaces, pour empêcher l’oubli et le vol de la mémoire collective.

commentaire

Nantes Révoltée

Précisions.

➡️Le collectif « Ju’Steve » vient de diffuser un communiqué à propos de l’effacement de la fresque expliquant notamment : « Nous sommes les auteurs de ce recouvrement de fresque ». Pourtant, nous savons de source sure que le recouvrement a été exécuté par des membres de l’association de graffiti évoquée dans notre article. Du reste, si des membres du collectif Ju’Steve ont été associés à cette opération, nous n’en avons jamais été informés. Une décision unilatérale.

➡️Selon la même source, ce recouvrement aurait été décidé « afin que la fresque ne soit plus dégradée, ni politisée ». Pour éviter les dégradations, il fallait donc l’effacer purement et simplement derrière un enduit noir. La logique nous étonne. Quant à la « politisation », rappelons que l’assaut de la fête de la musique est politique. La répression policière est politique. Et cette question ne concerne malheureusement pas que Steve.

➡️ En plus du mur représentant Steve et d’autres scènes de répression, un deuxième mur a été entièrement recouvert de noir : celui demandant "où est la justice ?" Sur ce mur, il n’y a aucune mention ni représentation du défunt. Pourquoi l’avoir également effacé si ce n’est pour recouvrir un message qui concerne tout le monde ?

➡️Le même collectif évoque une « seconde fresque ». Il s’agit effectivement d’un portrait de Steve, sur un petit mur, sans aucune explication ni aucun message. Un « hommage » lisse, qui élude totalement les faits : une répression violente de la fête de la musique, et oublie toutes les autres victimes qui étaient représentées sur la fresque initiale.

Enfin, nous nous étonnons d’un tel communiqué alors qu’aucune information n’avait été échangée au préalable, de la part d’un collectif que nous avons soutenu depuis le premier jour.

Share

Marcelo

Author: Marcelo

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed

HTML code is displayed as text and web addresses are automatically converted.

No attachment



You might also like

LE SEIGNEUR A DÉCRÉTÉ DU HAUT DE SON ...

Macron annonce une obligation vaccinale pour les soignants avec sanctions à la clef

Continue reading

qu'est-ce que tu vas faire dans la rue, fiston ? LA RÉVOLUTION

qu’est-ce que tu vas faire dans la rue, fiston ?  LA RÉVOLUTION

Continue reading