Année blanche ? Il y a le feu dans la maison Culture

Année blanche ? Il y a le feu dans la Maison Culture !

                                                                                          Annonces du Pyromane aujourd’hui ? Et ben Non demain Damned !

                                                                                                                                         dernières mises à jour de Médiapart  (capture d’écran)

                                                                                                                  Merci François

                                                                                 Allo... les pompiers, rien ne presse tout urge !

                                                                                                          Un film de françois Truffaut de 1966 basé sur le livre d’anticipation de Ray BradBury de 1956 .

                                                                                    Restez confiné(es) jusquà Nouvel Ordre !

                                                                                                   Sortez jusquà Nouvel Ordre !

                                                                                    On vous tient à l’oeil jusqu’à Nouvel Ordre !

extrait article de Médiapart

La culture comme bien commun

Par Mickaël Correia

Le secteur de la culture subit de plein fouet la pandémie. Emmanuel Macron a promis de premières mesures qu’il doit annoncer mercredi 6 mai. Si les grandes plateformes numériques, sous couvert de gratuité, saisissent l’occasion, de nombreuses initiatives soutiennent l’ancrage des acteurs culturels au sein des quartiers comme des territoires ruraux.

Relocaliser pour plus de solidarité

Si les établissements culturels publics prouvent à l’aune de la pandémie que le service public peut offrir une culture émancipée des logique marchandes, ils démontrent aussi l’importance de leur mission de proximité.

Selon une enquête menée par le ministère de la culture fin mars, 68 % des bibliothèques départementales ont constaté une augmentation vertigineuse des usages de leurs ressources culturelles numériques. Les demandes en e-books, vidéos, supports de soutien scolaire ou encore d’autoformation ont doublé, voire triplé. Enfin, 43 % des bibliothèques, tout particulièrement les établissements qui desservent les territoires ruraux et les petites communes, ont observé une hausse des demandes d’inscription depuis le début du confinement.

Au regard de la pandémie, cette notion de proximité entre usagers et offre culturelle, et in fine la nécessité de relocaliser la culture, apparaît comme un point cardinal pour repenser notre modèle culturel post-coronavirus, selon Françoise Benhamou. « La crise est très profonde et en aucun cas le secteur culturel sera prioritaire. Il aura donc besoin de se réinventer et l’importance d’avoir une offre culturelle locale sera primordiale, insiste la professeure. Nous allons assister à une période de démondialisation associée à un mouvement de relocalisation : un festival ou un spectacle ne pourra plus faire appel à des artistes internationaux, il devra recruter et repenser à l’échelle locale. »

Loin des méga-festivals au lourd impact écologique produits par le géant américain Live Nation ou des plateformes streaming internationales alimentées par des data centers (centres de données) énergivores, un fleurissement de pratiques culturelles locales a vu le jour avec la pandémie. Diverses radios éphémères de proximité sont apparues, non sans rappeler l’effervescence des radios libres du début des années 1980. À Marseille, les initiateurs de Radio Finementcon tentent tous les jours sur le web et en piratant la FM de briser l’isolement de leur quartier en diffusant des informations sur le réseau d’entraide qui maille la cité phocéenne. Dans le Perche, le podcast participatif La Trogne est réalisé par des habitants du territoire qui racontent leur quotidien confiné, avant d’être diffusé sur les ondes de radios indépendantes telles que Canal B à Rennes. Radio Virus rassemble pour sa part sur internet la communauté queer autour du rap ou du punk féministes.....

 

et

......

Loin d’être anecdotiques, ces pratiques culturelles et ces initiatives locales remettent en avant la nécessité de l’ancrage des acteurs culturels au sein des quartiers comme des territoires ruraux.

« Créer des “circuits courts” de la culture permettrait, comme en agriculture, de se passer des intermédiaires, tout en prenant en compte la diminution de l’empreinte écologique et les contraintes de distanciation sociale », reprend Laurent Jeanpierre. Et de poursuivre : « Pour imaginer un service public ou peut-être “commun” de la culture, il faut d’abord favoriser une relocalisation qui rapproche publics et créateurs, tout en développant, via le numérique, ces niches de soutenabilité ou de contre-publics plus éloignés géographiquement dont la crise actuelle montre l’importance, et enfin avec des mécanismes de redistribution, repenser une rémunération plus juste des créateurs. »

La France dénombre plus de 600 000 travailleurs de la culture sans compter les emplois induits par la sous-traitance, les services afférents à l’offre culturelle (tels que les entrepôts Amazon ou les livraisons de colis) ou encore les petites mains qui font aussi partie de cette chaîne de production, à l’instar du vigile d’une salle de concert ou de l’agent d’entretien d’un cinéma.

Le secteur culturel est depuis plus de dix ans aux avant-postes des transformations structurelles du monde du travail, telles que l’essor du travail à la maison ou du travail indépendant – en 2017, trois travailleurs de la culture sur dix étaient indépendants, contre seulement 12 % dans la population active. Dans cet univers, la précarisation accélérée, voire l’hécatombe des emplois risquent d’être gigantesques et de toucher l’ensemble des filières. « Le Covid-19 va être un cimetière professionnel pour les artistes et les travailleurs de la culture, prévient le sociologue Philippe Coulangeon. La crise agit ici comme révélateur de la matérialité qu’il y a derrière l’industrie culturelle numérique. Cette dernière se nourrit d’un grand nombre de travailleurs et de créateurs précaires»

Face à cette catastrophe qui s’annonce, la crise sanitaire relance la bataille menée par les syndicats de producteurs et de cinéastes français pour une plus juste répartition de la valeur au sein des plateformes streaming. Contrairement aux chaînes de télévision, où il existe une évaluation du public grâce à l’audimat et des barèmes précis (en fonction de l’horaire et du jour de diffusion) pour rémunérer les auteurs, la rétribution des créateurs demeure très opaque chez Netflix. Le leader des plateformes streaming payantes n’est pas transparent sur le nombre de visionnages pour chaque vidéo proposée.

« L’accord qu’a signé il y a quelques années la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) avec Netflix pour permettre aux auteurs de toucher un pourcentage des recettes d’exploitation de leur film ou série comporte des clauses secrètes sous prétexte de droit des affaires, s’indigne Pierre Jolivet. Nous n’avons pas accès au big data de la plateforme pour savoir comment ils rémunèrent. Pour résumé : ils font ce qu’ils veulent. Par ailleurs, toutes les chaînes de télévision publiques et Canal+ ont une obligation d’investissement dans la production cinématographique, garant de la diversité et de la spécificité du cinéma français, sauf les plateformes streaming ! »

Laurent Jeanpierre imagine pour sa part l’instauration d’un revenu minimum ou garanti pour les créateurs, mais aussi, la limitation des revenus pour les auteurs ou les interprètes les plus rémunérés. « Un vrai service public ne devrait pas seulement s’intéresser à une certaine égalisation ou sécurisation des statuts en ces temps de précarisation intense, mais aussi à une réduction drastique des écarts de revenus entre créateurs, pour une meilleure redistribution des richesses et une conception véritablement collective de la production artistique », assure le chercheur.

 

Le secteur musical ne désespère pas non plus de remettre à l’ordre du jour des mécanismes de protection et de redistribution. « L’époque est propice à requestionner la régulation des géants du e-commerce. C’est le moment de revendiquer comme chez les libraires le prix unique du disque, les retours possibles y compris sur les vinyles après trois mois sans autorisation ou la TVA à 5,5 %, confie Pascal Bussy, directeur du Calif, le Club action des labels et des disquaires indépendants français. Je rêve d’une taxe de quelques centimes sur les disques vendus par Amazon qui serait redistribuée aux disquaires indépendants. »

 

Après avoir été interpellé par les organisations syndicales, le tribunal judiciaire de Nanterre prononçait le 14 avril l’interdiction de la vente par la firme de Jeff Bezos des produits jugés non essentiels, dans l’attente d’une amélioration des conditions sanitaires dans les entrepôts Amazon. La multinationale a depuis décidé de garder fermés ses centres logistiques français jusqu’au 5 mai.

Le site de e-commerce mondial était devenu la solution par défaut pour se procurer des livres et des disques pendant le confinement, au grand dam des libraires et disquaires indépendants fermés pour cause de coronavirus. Ce coup porté par les syndicats démontre qu’il est possible d’instituer un rapport de force avec Amazon afin de protéger les travailleurs précaires indispensables aux mastodontes privés de l’industrie culturelle et freiner leur concurrence déloyale sur les biens culturels.

« La crise sanitaire actuelle requestionne l’utilité sociale de la culture pour mieux revenir à l’essentiel de l’associationnisme, conclut Gérôme Guibert. Ce principe phare de l’économie sociale a été à la base des premiers syndicats et coopératives : l’idée de s’organiser collectivement par en bas pour défendre un bien commun, ici la culture, et esquisser des perspectives de résistance. »

Si vous avez des informations à nous communiquer, vous pouvez nous contacter à l’adresse enquete@mediapart.fr. Si vous souhaitez adresser des documents en passant par une plateforme hautement sécurisée, vous pouvez vous connecter au site frenchleaks.fr.

Share

Marcelo

Author: Marcelo

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed

HTML code is displayed as text and web addresses are automatically converted.

No attachment



You might also like

La Culture masquée : AG de la Culture à Nantes

La Culture masquée : AG de la Culture à Nantes

Continue reading

Macron au secours des intermittents et du monde culturel

Macron au secours des intermittents et du monde culturel Le secteur avait été jusqu’ici oublié par les mesures d’aide. Dans un discours prononcé assis, sans veste de costume, Emmanuel Macron a détaillé en milieu de journée le plan que l’État entend mettre en œuvre pour secourir le monde de la culture.

Continue reading