Journée nationale de mobilisation et de grève.

RAPPEL ! of_ker_18_7_2003.jpg SAMEDI 12 JUILLET : JOURNÉE NATIONALE DE MOBILISATION ET DE GREVE A Nantes, on se retrouve à 14h pour une Grande Assemblée Générale, informative et ouverte, au Studio Théâtre (5 rue du ballet / Nantes / tram 2 St Félix)

Puis, parce que la répression des mouvement sociaux nous concerne tous, retrouvons-nous ensuite à 17h sur le parking du Carrefour de la Beaujoire (à coté du McDo) pour aller faire solidairement du "bruit devant la tôle"

A lire ci-dessous le compte-rendu du débat "Intermittents et précaires, ceux qui n’agréent pas" à Notre-Dame-des-Landes le week-end dernier.

Compte-rendu du débat "Intermittents et précaires, ceux qui n’agréent pas" Rassemblement Notre-Dame-des-Landes, le 7 juillet 2014.

<Pièce jointe.jpeg>Comme convenu, après les quelques petites pépites d’imprévus inhérentes à ces grands rassemblements, la discussion sur le mouvement des intermittents et précaires s’est déroulée dimanche après-midi sous le très joli chapiteau 3 dans le champ des débats.

Avec Chloé Langeard (sociologue et auteure de "Les intermittents en scènes. Travail, action collective et engagement individuel", paru aux PUR en 2013), Jérémie B. (comédien metteur en scène, CIP Bretagne) et Lionel Arthur (musicien, CEM) et Val K. (photographe indé) nous avons fait le choix de nous présenter très rapidement et de revenir sur l’historique et le contexte actuel du mouvement (et notamment sur ce qui diffère de 2003) puis de passer le micro au plus vite au public. Celui-ci est venu très nombreux : les 110 places étaient pleines et de nombreuses personnes se tenaient debout. Quelques personnes ont joué aux chaises musicales. Au final, on peut estimer que près de 250 personnes ont été touchées par le débat.

<Pièce jointe.jpeg>Touchées, c’est le mot : très vite le côté "tous concernés" a pris le pas sur le "qu’est-ce qui vous arrive ?" : la parole a beaucoup circulé et les témoignages, précieux, ont complété les questions très ouvertes. Avec, bien sûr, deux ou trois interrogations liées à la désinformation qui nous ont permis de tordre le cou aux préjugés entretenus par les médias, lesquels mènent une véritable "campagne de dépopularisation" du mouvement et ce depuis le début des années 1990 (selon les propos de C. Langeard) : déficit des annexes 8 et 10, dénonciation des privilèges, des abus, de la fraude, etc. Il a été rappelé les origines historiques de l’assurance chômage dont l’objectif premier est d’assurer socialement et dans le cadre de la solidarité interprofessionnelle (depuis 1984) les salariés qui connaissent le risque de chômage. S’ensuivirent des questions plus générales autour de l’ANI du 22 mars 2014 et de ses conséquences sur les salariés intermittents du spectacle, les intérimaires et autres salariés à l’emploi discontinu. Il a été dit que "l’ANI institutionnalisait de fait la précarité de l’emploi par une imbrication plus étroite entre deux catégories jusqu’ici disjointes : l’emploi et le chômage", spécificité qui caractérisait jusqu’ici le régime d’emploi des intermittents du spectacle (selon les propos de C. Langeard). D’où l’importance de la convergence des luttes. Je citerai deux moments forts : les nuances apportées par Vincent Bouchy, du Synavi, expliquant en quoi l’intermittence est un véritable symbole d’avenir de la forme que prendra le travail et donc de la précarité si on ne se bat pas pour défendre nos droits. Et un homme, médecin du travail, extrêmement touchant, nous racontant combien il voyait, quotidiennement, les drames liés à la dangerosité de certaines taches, combien il était donc primordial de maintenir, coûte que coûte, la solidarité interprofessionnelle...

<Pièce jointe.jpeg>Des paroles sont souvent revenues sur la notion de sectorisation, ou critiquant une forme de corporatisme peu lisible, quelque chose de l’ordre de "vous dites que vous nous défendez pour tous, mais vous feriez mieux de vous appeler simplement chômeur pour que tout le monde se sente vraiment concerné"... Le slogan "Chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires, avec ou sans papiers, SOLIDARITÉ" était déjà passé chez quelques uns. Il y a eu aussi une curiosité du travail de lutte et d’information fait dans la foulée du mouvement de 2003 et des précédents (ainsi qu’un long applaudissement pour les artistes et techniciens bénévoles sur le rassemblement). En fait, les questions finales tournaient sur les moyens à trouver pour donner de l’ampleur et plus de "couleurs" à ce mouvement : comment accueillir les précaires dans la lutte actuelle sachant qu’il sera toujours difficile pour un chômeur de revendiquer son droit à chômer. La notion du travail elle-même, à l’aune de la notion d’activité choisie, a été sérieusement écornée par plusieurs. Celle du partage des richesses et du besoin de temps pour faire des choix de vie joyeusement abordée aussi. Et bien sûr les propositions du comité de suivi tout comme celles de la CIP IdF.

<Pièce jointe.jpeg>Au final, ces deux heures de débat sont passées très vite, beaucoup de sujets ont été abordés et notre complémentarité a permis d’ouvrir de nombreuses voies, entre la connaissance technique, l’analyse sociologique, la réalité du terrain des luttes et l’envie de faire bouger les lignes. De nombreux contacts ont été noués ensuite, en particulier une délégation d’Angers qui nous a confirmé son souhait d’une formation type "CIP grand ouest" pour certains évènement et l’échange de savoirs. Cela a renforcé aussi la conviction qu’il nous fallait trouver les mots et la forme concrète de cette convergence dont il était tant question ce week-end, pour s’attaquer aussi massivement à l’origine du mal plutôt que subir ses multiples attaques sur nos bases en nous divisant.

Un slogan croisé sur le mouvement des MilleVaches me semble d’une grande justesse : "Ce n’est pas nous qui détériorons ton bien privé, c’est toi qui dégrades notre bien commun."

<Pièce jointe.jpeg>Côté scène et loges, d’autres temps forts ont eu lieu : banderoles, prises de paroles d’artistes, prise de parole des organisateurs (via Dominique Fresneau), distribution de l’Interluttants (ainsi que sur les différents infokiosques du site...).

Pour finir 22.000 personnes se sont croisées sur le site : des dizaines de débats, de spectacles, des centaines d’échanges et de retrouvailles, des milliers de gouttes de pluies et de sueur, et surtout une envie commune, tangible, de convergence. Alors convergeons !

Compte-rendu écrit par ValK. et précisé par Chloé Langeard. Photos du collectif Bon Pied Bon Oeil par ValK : https://www.flickr.com/photos/valkphotos/sets/72157645608861503/

                                                    
<Pièce jointe.jpeg>Partout où vous le pouvez, portez le tee-shirt noir avec croix blanche, pour signifier votre non-agrément !

Rappel : une caisse de lutte a été mise en place dans chaque région pour venir en aide aux grévistes ; vous pouvez envoyer vos dons à ASPROS, c/o Trempolino, 6 boulevard Léon Bureau 44200 Nantes (coupon sur notre site)

<Pièce jointe.jpeg>

CE QUE NOUS DÉFENDONS NOUS LE DÉFENDONS POUR TOUS !

Approfondissements sur notre site internet : http://www.cultureenmarchepdl.org

Page facebook : https://www.facebook.com/lacultureenmarcheanantes

Share

Marcelo

Author: Marcelo

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed

HTML code is displayed as text and web addresses are automatically converted.

No attachment



You might also like

L'Odéon en lutte /sur France Culture et la Culture Culbute

L’Odéon en lutte /sur France Culture et la Culture Culbute

Continue reading

Les BiSquiLUtte-nt, c'étaient hier, mercredi !!!

Les BiSquiLUtte-nt, c’étaient hier, mercredi !!!

Continue reading