Actions continues

à lire ici Cip-Idf recharges.jpg

les intermittent(es) et le précaires rechargé(es) à bloc....

Accueil > Communiqués > Année 2014 > Blocage de la Philharmonie de Paris Blocage de la Philharmonie de Paris

Publié, le mercredi 18 juin 2014 | Imprimer Imprimer | Share on email Share on facebook Share on twitter | More Sharing Services

Dernière modification : mercredi 18 juin 2014

12h14. Les occupants acceptent que le conseiller du ministère monte sur le toit, mais seulement s’il est accompagné par les journalistes qui sont en bas. Le conseiller préfèrerait discuter sur la terre ferme, et sans la presse évidemment.

11h46 On annonce la venue du conseiller aux affaires sociales du ministère de la Culture.

BFM TV est sur place

11h30 Les occupants du toit exigent : - le non agrément par le gouvernement de l’accord Unédic du 22 mars - que la banderole reste en place jusqu’à la fin du chantier de la Philharmonie - que Bouygues paie leur journée de travail aux travailleurs du chantier renvoyés pour la journée - l’arrêt de toutes les poursuites judiciaires à l’encontre de Victor de Rodez - que les postiers soient également entendus

10h49 Les CRS sont entrés par deux entrées après avoir gazé, ils encerclent encore la dernière porte, les occupants sont regroupés sur le toit, l’évacuation semble imminente.

Début de fraternisation avec une dizaine d’ouvriers du bâtiment qui se sont fait gazer au moment de l’intervention policière.

10h15 La police a adressé un ultimatum aux manifestants, leur laissant 15 mn pour quitter les lieux sous peine d’arrestation et de placement en garde-à-vue...

10h05 une commissaire demande aux manifestants au sol de quitter les lieux ou à tout le moins de dégager l’entrée. Visiblement le blocage de la porte centrale gène.

9h50 Des renforts manifestants arrivent par le bd Serrurier. Plusieurs groupes de manifestants bloquent le chantier, pendant que d’autres sont installés dans les hauteurs avec des banderoles. 9 policiers équipés pour la grimpe sont entrain de repérer les lieux au zoom...

9h15 Sur le site, la présence policière s’accroit

8h30 Vu du périph’, le chantier de la Philarmonie de Paris occupé. M Rebsamen, Mme Filipetti, faites respecter le droit du travail sur les grands chantiers de la culture plutôt que de casser les droits sociaux 1.

7h50 appel à renforts sur place, bd Serrurier

7h45 On apprend qu’à Quimper a été mis en place un blocage de l’entreprise de BTP Le Bris, dont le patron est pdt du Medef Finistère par plusieurs collectifs d’intermittents, chômeurs et précaires. Nul doute : le gouvernement s’apprêtant à agréer la convention chômage, il sera nécessaire de porter atteinte partout à l’économie car celle-ci réalise ses profits en exploitant le travail précaire tout en refusant de concéder des droits à ceux qui l’effectuent.

Pendant ce temps des occupations lancées hier continuent : à Rennes, la DRAC et la Direccte, à Lille la DRAC

7h25 des CRS sont arrivés et encerclent un des groupe de manifestants.

7h20 Les manifestants tractent et discutent avec les ouvriers du chantier.

7h08 Des grimpeurs sont entrain d’acorcher deux banderoles au sommet du chantier : « Assurance-chômage, contre le patronat, gagnons de nouveaux droits », « Non à l’agrément ».

7h Un communiqué de presse est expédié pour annoncer l’action :

Nous, Chômeurs, Précaires, Intermittents, Intérimaires, Cheminots, Postiers, Étudiants 2, avec ou sans papiers bloquons ce mercredi 18 juin, jour de réunion du conseil national de l’Emploi, depuis 6h30 les entrées et sorties du chantier de la Philharmonie de Paris au Parc de la Villette.

Nous sommes des centaines à bloquer ce chantier.

Nous sommes ici au cœur d’un enjeu économique !

Portée à parts égales par l’Etat et la Ville de Paris (à l’exception des 20 millions apportés par la Région Ile-de-France), la facture de cette construction s’élèvera à plus de 330 millions d’euros 3 Aujourd’hui de sont des centaines d’intérimaires et de travailleurs précaires qui œuvrent, pour le compte de Bouygues, afin que ce nouveau lieu culturel ouvre ses portes en janvier 2015. Et demain, ce seront certes des artistes et techniciens du spectacle qui feront, comme vous l’espérez, la renommée de ce lieu, mais ce seront également des intérimaires, des salariés à temps partiel, des précaires qui entretiendront le bâtiment, qui se chargeront de l’accueil, de la gestion du parking, etc. 4. Et très vite, le prestige de ce lieu ne tardera pas à attirer les grandes entreprises qui loueront ces espaces pour y organiser des soirées de gala et autres pots de départ.

Est-il encore nécessaire de démontrer l’interdépendance des secteurs d’activité ? Est-il encore nécessaire de prouver que les précaires qui ce matin travaillent sur ce chantier, le font au profit de grands patrons qui, une coupe de champagne à la main, se gargariseront de ce lieu monumental tout en les méprisant ?

Messieurs Hollande, Valls et Rebsamen, Madame Filippetti, comment pouvez-vous encore baisser la tête devant le MEDEF ?

Si vous agréez l’accord UNEDIC du 22 mars contre lequel nous nous battons, c’est l’ensemble des salariés et des chômeurs qui seront précarisés 5, tandis que Martin Bouygues et Pierre Gattaz se congratuleront mutuellement de leurs bénéfices 6.

Nous sommes ici pour parler à vos portefeuilles puisque cela semble être le seul langage que vous compreniez

Nous sommes ici pour vous montrer que « s’il ne suffit pas d’avoir raison pour être entendu », nous avons les moyens de nous faire entendre !

Nos actions ne connaîtrons aucune pause.

Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous.

Share

Marcelo

Author: Marcelo

Stay in touch with the latest news and subscribe to the RSS Feed about this category

Comments (0)

Be the first to comment on this article

Add a comment This post's comments feed

HTML code is displayed as text and web addresses are automatically converted.

No attachment



You might also like

Jeunes migrants mineurs expulsés par la nouvelle préfete en poste

Jeunes migrants mineurs expulsés à Nantes par la nouvelle préfète en poste.

Continue reading

DSC06361.JPG

le gouvernement lave plus blanc que Rouge

Dern!ère manif selon les syndicats contre la Loi Travail . Nantes 15 septembre 2016. Du monde et le PS qui arrose. Ville en état de siège bleu horizon et contrôle tout azimut avait la Culture en débat en prime avec la prime première Dame de Nantes au lieu Unique, lieu des Assises Culturelles. "Tout va bien Madame la Marquise" et sa garde rapprochée casquée. les archers du Roy .JPG, sept. 2016  

Continue reading