Cesaria se fue, o seu canto voa para nos

Cesaria Evora, sodade La chanteuse capverdienne est morte à 70 ans dans son île natale de Sao Vicente, près de trois mois après avoir décidé d’abandonner la scène.

La chanteuse cap-verdienne Cesaria Evora. - © AFP Thomas Coex



La chanteuse capverdienne Cesaria Evora, appelée «la diva aux pieds nus», est morte samedi dans un hôpital du Cap-Vert, a annoncé le ministre capverdien de la Culture, Mario Lucio Sousa.

Agée de 70 ans, la chanteuse internationalement célèbre, est morte dans son île natale de Sao Vicente, près de trois mois après avoir décidé d’abandonner la scène, car elle était très affaiblie.

Elle souffrait depuis longtemps de problèmes de santé et avait subi ces dernières années plusieurs interventions chirurgicales, dont une opération à coeur ouvert, en mai 2010.

«Je n’ai pas de force, pas d’énergie. Je veux que vous disiez à mes fans: excusez-moi, mais maintenant, je dois me reposer. Je regrette infiniment de devoir m’absenter pour cause de maladie, j’aurais voulu donner encore du plaisir à ceux qui m’ont suivie depuis si longtemps», avait-elle dit au Monde lors de l’annonce de son retrait de la scène, le 23 septembre.

Le grand public avait découvert cette ancienne chanteuse des bars de Mindello, capitale de l’île de Sao Vicente, en 1992, grâce à la parution cette année-là de son troisième album, «Miss Perfumado», et de deux concerts triomphaux au Théâtre de la Ville à Paris.

Cette petite femme, fille d’un musicien et d’une cuisinière, vient pourtant de loin. Elle fait partie d’une fratrie de sept enfants. Son père joue du violoncelle pour nourrir la famille et décède alors que "Cize" a sept ans, sa mère ne gagne pas assez pour nourrir les enfants et confie la future diva à un orphelinat.

Cesaria Evora chante, dès l’âge de 16 ans, dans des bars et soirées privées, émerveille le public et gagne un peu d’argent en chantant des chansons tristes, sur l’amour, la pauvreté, la mer. Elle chante aussi dans la rue, le blues, la "sodade" - le spleen, la tristesse...

Puis elle se tait environ dix ans, pendant lesquels elle plonge dans l’alcool et la solitude, pour tenter de soigner les blessures de sa vie.

Le réveil est un appel du Portugal, en 1985, où des concerts lui sont proposés. Elle accepte et rencontre alors un homme qui sera son mentor et son producteur, le Franco-Capverdien José Da Silva.

Son destin est tracé. Et José lui offre de se produire à Paris. Le succès vient, lentement, alors qu’elle approche la cinquantaine.

"La vie continue"




En 1988, sort son premier album, "La diva aux pieds nus", un nom qui lui collera à la peau.

Puis se succèdent albums et concerts où, toujours, amour, "sodade", révolte, dureté et beauté des îles, sonorités africaines et cubaines, frisson, s’harmonisent par enchantement. Evora a un style unique, envoûteur, langoureux.

Ce sont notamment "Mar azul" (1991), et "Miss Perfumado" (1992), qui comprend son chef d’oeuvre, baptisé tout simplement "Sodade".

Voulant frénétiquement rattraper le temps perdu, elle se lance, devenue star, dans des tournées mondiales: Etats-Unis, Suède, Japon, Sénégal notamment.

Un brin provocatrice, elle arrivait sur scène pieds nus, mais s’arrêtait parfois pour une gorgée de cognac ou pour griller une cigarette, faisant passer le public du rire aux larmes.

Il y eut aussi "Cabo Verde" (1997), "Sao Vicente di longe" (2001), et bien d’autres. Cize tente alors l’aventure de "duos", en 2002 avec Selif Keita. En 2004, son album "Voz d’amor" remporte une Victoire de la musique. En 2006, elle participe à l’album "Carnets de bord" de Bernard Lavilliers.

En mars 2008, décorée chevalier de la Légion d’honneur en France, elle est victime d’un accident vasculaire cérébral et contrainte de ralentir son rythme.

Néanmoins, elle sort en octobre 2009 son onzième album, "Nha Sentimento" ("Mes sentiments").

Puis, en mai 2010, elle est opérée à coeur ouvert six heures durant. Une alerte sérieuse qui l’oblige à annuler une vingtaine de concerts mais ne lui fait pas arrêter la scène, sa "drogue", selon elle.

En avril 2011, elle apparaît en forme sur les planches du Grand Rex, à Paris.

Puis le 23 septembre, ce coeur fragile, qui a "flanché" plusieurs fois, la pousse à renoncer à son addiction, la scène.

"La vie continue, je suis venue vers vous, j’ai fait de mon mieux, j’ai eu une carrière que beaucoup aimeraient avoir", avait-elle confié alors au quotidien français Le Monde.

C’est dans son île qu’elle avait fêté ses 70 ans, dans la simplicité le 27 août.

AFP libération du 17/12/2011

cap-vert -tv

Pendant deux jours, les dimanche 18 et lundi 19 décembre, les fêtes et manifestations publiques déjà programmées seront annulées, tandis que tous les drapeaux dans l’archipel ou dans les représentations consulaires à l’étranger seront mises en berne.

Les obsèques devraient avoir lieu mardi 20 décembre 2011, le temps pour la famille de la défunte de rejoindre l’archipel et l’île de São Vicente en particulier. Le gouvernement a annoncé que la diva aura droit à des funérailles nationales, prises en charge par l’Etat ; à Mindelo où elles auront lieu, le jour sera chômé.

Les radios continuent à diffuser en boucle le répertoire de celle qui contribua à faire connaître le petit pays à travers le monde. 17 Décembre 2011

Marcelo

Author: Marcelo

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

:-) :) ;-) ;) :-/ :-| LOL :-D :( :-( :-C 8-) :-o :-O ;-( ;(' 8-O mdr

Aucune annexe



À voir également

25_4_14_revo.jpg

La révolution des Oeillets sur Radio France

sur France Culture toute cette semaine.

Lire la suite

Cartaz_Michel.jpg

O show do Michel

O show do Michel Lisboa Que dia ? a que hora ? a onde ? vamos a procurar...

Lire la suite